Ecriture et identité: quel auteur souhaitez-vous devenir?

Ecriture et identité: quel auteur souhaitez-vous devenir?

Chaque écrivain a un style naturel qui lui est propre. Le phrasé, les “dénominateurs communs” entre les divers écrits.  Une sorte de “canevas” qu’il applique à chaque œuvre… Décodage.

Comment trouver ce qui va vous distinguer des autres auteurs?

Si vous lisez des auteurs comme Guillaume Musso ou Marc Levy, Bernard Werber, ou, plus anciennement, Victor Hugo, Emie Zola, George Sand, Stendhal, vous constaterez qu’ils ont chacun leur manière bien à eux d’amener le sujet, de créer une ambiance…

Et chacun d’entre eux écrit pour un public bien particulier.

Chaque auteur a sa manière de faire propre

Certains auteurs se plaisent à dérouter leur lecteur, les amenant à se poser de nombreuses questions, à avoir une lecture active, c’est-à-dire s’imaginer, en tant que détective, aux côtés du narrateur.

Certains auteurs racontent l’histoire, d’autres la font raconter à leurs personnages. Chaque acteur de l’histoire prend la parole, à un moment donné de la narration, et expose son propre point de vue. 

Certains écrivains produisent des romans contemporains, où chacun pourrait prendre part, des histoires que nous pourrions tous vivre. Des situations auxquelles nous pourrions être confrontés. D’autres font (re)découvrir l’Histoire (de France ou d’ailleurs), l’art, l’architecture, sous un angle nouveau.

Aussi, avant de commencer à écrire votre histoire, je vous conseille:

  • De définir l’objectif poursuivi (mis à part celui de l’achever et de l’éditer): faire découvrir des paysages, une autre culture, une autre forme d’art…
  • De déterminer la démarche qui vous va le mieux: raconter ou “faire raconter” par vos personnages? Impliquer votre lecteur ou lui livrer simplement une histoire plaisante et divertissante?
  • De faire un travail abondant de recherches sur les artistes ayant écrit ou peint, ou composé autour de ce thème, afin d’y faire référence, si vous le souhaitez, dans votre scénario. 

Écriture et identité de l’écrivain : le choix du genre littéraire

Certains vont se spécialiser dans la description de l’âme humaine dans sa plus grande noirceur (Jean-Christophe Grangé). D’autres proposeront des protagonistes résolument humanistes et angéliques (Anne Golon). Nous verrons des romanciers ancrés dans le polar, le thriller psychologique, le romantisme, ou le pur récit historique.

Comment trouver votre “patte personnelle” ?

Certains aiment partager leur amour des paysages sauvages et solitaires, d’autres aiment explorer le temps et les siècles, allant, même, pour certains, à faire passer leur(s) personnages dans plusieurs siècles différents, ce qui enrichit leur périple et les met face à des situations cocasses ou très périlleuses.

En revanche, approfondir vos connaissances et les partager, transmettre votre engouement pour un domaine particulier est beaucoup plus motivant et inspirant, autant pour celui qui écrit que pour celui qui lit. Si vous êtes passionné(e), vous serez passionnant(e). Que certains aspects de votre roman soient techniques ou non, vous devrez, pour garder la motivation, écrire sur ce qui vous intéresse.

Vous ne ferez pas l’unanimité, car ce qui vous passionne n’intéresse qu’une partie de la population, voire une minorité. Mais en affirmant et en assumant ce que vous aimez, vous vous constituerez un public. 

Écrire pour explorer un nouveau langage

Certains disent qu’un bon écrivain se reconnaît notamment et avant tout dans le fait qu’on le reconnaît à la lecture de ses lignes, sans même avoir besoin de vérifier son nom sur la page de la couverture. 

Il me semble que cette définition est simpliste et réductrice: le style de l’auteur gagnera à évoluer et être adapté en fonction des époques rencontres, mais aussi de l’évolution de leur personnages. Ce n’est pas l’identité de l’auteur qui prime le plus souvent, mais les contours des caractères de ses personnages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.