La conclusion de votre histoire

La conclusion de votre histoire

La conclusion du roman c’est un peu l’adresse que vous entrez de votre GPS. C’est aussi la boussole que vous utilisez en randonnée. Sans elle, vous n’irez pas bien loin.

Même si vous laissez, au cours de votre rédaction, vos personnages prendre une certaine autonomie, vous devez savoir à l’avance où vous souhaitez les voir arriver. 

Si votre roman est sans objectif, il ne pourra aboutir. Pour autant, une conclusion ne ferme pas forcément: elle peut “ouvrir” vers autre chose.

La conclusion a pour but de vous éviter plusieurs écueils:

  • Commencer la trame, mais ne pas la finir: pas d’objectif donc pas de destination, donc arrêt de la rédaction; 
  • Une conclusion qui ne répond pas aux questions que peut se poser le lecteur ou posées par les héros de votre roman.

Que doit contenir la conclusion?

Dans cette partie, votre ou vos personnages pourront tirer des enseignements de ce qui s’est passé. . On peut également laisser entrevoir une reconversion professionnelle ou religieuse, un changement radical de vie.

A vous de voir…

Il est cependant important que le lecteur comprenne pourquoi vous l’avez amené jusqu’à ce point précis, pourquoi il a dû passer par tous ces chapitres pour en arriver à ce point d’arrivée.

Elle peut constituer la chute de l’histoire (l’assassin qui finit par être lui-même assassiné), ou offrir aux personnages principaux une réflexion et des éclaircissements sur ce qui s’est produit antérieurement. 

Elle peut être aussi le prétexte à une ouverture, à l’annonciation d’une suite possible, que l’auteur ait ou non envisagé de l’écrire. L’important est qu’elle soit soignée et qu’elle apporte quelque chose à votre histoire et que le lecteur ne puisse pas se dire que vous l’avez bâclée. Au contraire: elle doit donner l’envie de lire la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.