La relecture et la correction

La relecture et la correction

Se relire, c’est savoir porter un regard critique sur son travail. Nous allons aborder les différentes dimensions d’auto-analyse. 

A présent que vous avez terminé d’écrire votre premier jet, laissez reposer quelques jours pour une première relecture, afin d’éliminer les fautes, maladresses de style et défauts qui vous paraissent flagrants. 

Puis laissez à nouveau reposer une, deux trois semaines… le temps qu’il vous faut pour avoir à nouveau envie de vous y plonger, puis faites une seconde relecture. Pendant cette phase de relecture, vous devez vous concentrer sur LE FOND. L’appréciation de la forme viendra plus tard. 

Acceptez d’emblée que vous devrez relire plusieurs fois votre manuscrit, car vous ne pourrez pas passer au crible toutes les dimensions de votre premier jet en une seule relecture. Celle-ci se fera en plusieurs phases:

L’appréciation des éléments de fond de votre roman.

Elle porte sur les éléments de l’intrigue, sur la cohérence des événements les uns vis à vis des autres, l’évaluation de l’importance de certains éléments dans le récit

Cette phase va vous demander, comme pour l’écriture, d’étaler votre relecture dans le temps: au bout de quelques chapitres, vous n’aurez plus la vigilance nécessaire pour déceler les défauts que vous devez fare disparaître. Selon votre disponibilité mentale et l’intensité et/ou l’endurance de votre concentration, vous devrez consacrer un nombre maximal de chapitres par jour (moins d’une dizaine). Déjà, à ce stade, vous aurez un certain nombre de défauts à traquer.  

L’appréciation de la forme

Elle ne porte plus sur les éléments de l’intrigue, mais sur la syntaxe, la concordance des temps, le langage sensoriel, l’adéquation du style avec le genre de votre roman ou du chapitre concerné.

Attention à votre grammaire et à votre conjugaison également.

La mise en forme de votre texte et de votre document.

Vous l’avez compris : même quand c’est fini… ce n’est pas fini. Une fois votre premier jet achevé, vous allez devoir le passer à la loupe. 

Après l’orthographe, la grammaire, la syntaxe, il y a la mise en forme de votre texte et celle de votre document. Ce ne sont pas les mêmes. Je vous conseille même de vous attaquer d’abord à la mise en forme de votre texte avant de peaufiner celle de votre document. 

Ce n’est pas ma spécialité, mais j’aurais une formation à vous conseiller, et qui est précisément celle que j’ai suivie pour rendre la présentation de mes romans plus professionnelle.

L’appréciation de votre entourage sur votre production.

Vous pouvez aussi confier le manuscrit à votre entourage. Cela doit cependant être pris au sérieux par ceux à qui vous prêtez le manuscrit, et il est important de leur fixer une date butoir. S’ils s’engagent et sont d’accord pour vous rendre ce service, faites leur comprendre que vous souhaitez voir le retour du manuscrit à telle date, dernier délai. Dites le leur gentiment: rien ne les oblige à prendre du temps pour vous rendre ce service, mais le but n’est pas que vous soyez suspendu et bloqué par le non retour du manuscrit. 

Choisissez de préférence des personnes qui sauront rester franches (mais diplomates) et non pas qui auront juste à cœur de préserver votre égo. C’est là que le premier travail dans le sens de l’humilité commence: vous allez commencer à essuyer des critiques. On se détend: les personnes qui constituent votre entourage ne sont pas non plus des sauvages. Si? Alors changez d’entourage. On peut avoir un regard critique, proposer des améliorations, sans miner l’enthousiasme ni l’amour propre de l’auteur. Le lecteur idéal est celui qui sait être constructif, diplomate et franc à la fois. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.